La semaine dernière, lors d'un voyage en Pologne, j'ai éprouvé un frisson que je n'avais plus éprouvé depuis des années. Peut-être était-ce le lieu en lui-même. Peut-être était-ce dû au fait que je sortais d'un vol en montgolfière et que je flottais encore sur un petit nuage. Ou peut-être, plus vraisemblablement, était-ce dû à ces deux raisons. Je me souviendrai en tout cas longtemps de ma visite de cette chapelle, à Czermna. La façade de cette petite chapelle baroque semblait plutôt ordinaire, simple même. Le choc n'en a donc été que plus grand lorsque je me suis aventuré à l'intérieur. En effet, les murs et le plafond de cette chapelle sont ornés de 3000 crânes et autres ossements, serrés les uns contre les autres. L’effet décoratif est sans doute fascinant, mais plutôt macabre, surtout lorsqu'on ne s'y attend. D’autant plus que dans les cryptes adjacentes, plus de 20000 crânes sont encore réunis ! Fondée en 1776 par le prêtre tchèque de la paroisse, la chapelle est en fait un mémorial saisissant aux victimes des violentes guerres de religion du XVIIe siècle et des guerres de Silésie du XVIIIe siècle. Elle contient aussi les ossements de victimes des multiples épidémies de choléra qui touchèrent la région. Cette mise en scène macabre est plutôt inhabituelle dans une église (en France, en tout cas). Cependant, les ossuairés se généralisèrent dans certaines parties de l’Europe (comme par exemple dans la ville d'Évora au Portugal) pour faciliter le travail des églises quand les morts étaient nombreuses et fréquentes : durant les guerres ou les épidémies, par exemple. Comme les cimetières étaient trop petits, les ossements étaient exhumés au bout de quelques années et placés dans ces ossuaires. Dans la République tchèque voisine, il paraît que le monastère de Sedlec témoigne de cette pratique. Si vous appréciez le gothique, Czermna se trouve en outre près de Kudowa-Zdrój, l’une des superbes villes d’eau du XVIIIe siècle situées au pied de spectaculaires et magnifiques montagnes : celles de Stolowe, en Silésie, près de la frontière avec la République tchèque. Et si vous êtes davantage zen et grand air, je vous recommande aussi le vol en montgolfière : contempler la terre depuis les hauteurs, dans un silence presque absolu en dehors du feulement intermittent des brûleurs, est une expérience tout aussi inoubliable. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site internet sur cette expérience de baptême de l'air en montgolfière dans le Cantal qui est très bien fait sur ce sujet.

montgolfiere 5